Frustration : apprenez à en faire une alliée


La frustration, on la connaît tous, lorsque l’on meurt de faim, mais qu’on ne peut pas quitter une réunion, lorsque celui ou celle qu’on aime en pince pour un(e) autre, lorsque l’on n’a pas les moyens de se payer les vacances de ses rêves ou lorsque la télé tombe en panne un soir de match.

Mais être frustré est essentiel tout au long de notre vie.

C’est un moyen pour l’enfant de découvrir le monde et pour l’adulte d’apprécier les petits plaisirs de son quotidien.

La frustration est une fenêtre sur le monde

La frustration d’un enfant qui pleure parce qu’on lui interdit de faire quelque chose est bien réelle.

Les caprices d’enfants expriment souvent de véritables désespoirs.

Mais cette frustration est saine. Un bébé naît dans un monde sans limites.

Lors de la grossesse, il était nourri et oxygéné en continu par l’organisme de sa mère dont il pense faire partie de lui-même.

À partir de la naissance, il devra apprendre à se différencier d’elle et appréhender le monde qui l’entoure.

La frustration permet à l’enfant de faire la part des choses entre ce que Freud nomme le principe de plaisir et le principe de réalité.

En vivant la frustration et en acceptant progressivement (parfois dans la douleur) de s’y plier, nous intégrons peu à peu le monde qui nous entoure, ses limites physiques, sociales, culturelles, économiques…

Grandir, c’est vivre la frustration

En fait, grandir, c’est en quelque sorte intégrer les fruits de la frustration et apprendre à la maîtriser (ce qui ne veut pas forcément dire qu’on l’accepte).

Pour prendre l’exemple de la réalité économique, c’est par la frustration, par le manque, que nous devenons conscients de nos limites financières et du concept même d’argent.

L’enfant qui n’a pas connu l’acte d’achat et la limite de son budget ne peut pas intégrer le concept d’argent comme une chose limitée.

C’est d’ailleurs pour cette raison que beaucoup de parents décident de donner de l’argent de poche à leurs enfants en quantité réduite, afin de « lui apprendre à gérer un budget ».

En se rendant compte qu’il ne peut pas acheter tout ce qu’il désire, l’enfant vit une frustration et est obligé de faire des choix.

C’est de cette manière qu’il prend conscience de ce qu’est l’argent.

On sera toujours frustré

La frustration est le propre de l’Homme. Tout être humain connaît la frustration.

Que vous soyez riche ou pauvre, heureux ou malheureux en amour, satisfait ou non de votre vie sociale ou professionnelle, vous connaîtrez une certaine forme de frustration.

Le Premier ministre n’est-il pas souvent le premier à vouloir devenir président de la République ?

De nombreux gagnants du Loto finissent fauchés et malheureux.

De nombreuses personnes qui attendaient la retraite avec impatience finissent dépressives, ne sachant plus quoi faire de leurs journées.

Il est faux de croire qu’en satisfaisant un besoin ou une envie (être riche, ne plus avoir besoin de travailler, tomber amoureux, avoir des enfants) vous échapperez à toute forme de frustration.

Mais ne voyez pas le fait de ne jamais être comblé comme un handicap.

Car si elle vous fait parfois souffrir, la frustration est votre plus puissant stimulant.

La frustration est un moteur

Tout comme chez l’enfant dans son développement, la frustration peut être un moteur chez l’adulte.

Elle est souvent à l’origine des plus grandes réussites entrepreneuriales, politiques ou personnelles.

Prenons un exemple qui concerne tout un chacun : la faim.

De la personne déshéritée qui mendiera même sous la neige pour se payer un repas à celle qui, découvrant le dimanche soir que son frigo est vide, sera prête à faire des kilomètres pour trouver de quoi manger, la faim, c’est-à-dire la frustration face à un manque de nourriture, peut nous faire faire presque n’importe quoi.

Il en est de même avec toutes formes de frustrations.

Être frustré de ne pas joindre les deux bouts en fin de mois pourra être un coup de pied aux fesses pour vous aider à réussir vos études ou votre vie professionnelle.

Être frustré de votre impuissance face à une injustice pourra être un moteur pour un engagement associatif ou humanitaire.

La frustration de ne pas comprendre quelque chose vous poussera à apprendre.

Des frustrations dans votre vie sociale ou amoureuse vous permettront de vous remettre en question.

C’est en général de la frustration que naît l’action.

Être frustré pour mieux profiter

Si par magie rien ne vous résistait, vous n’en seriez pas plus heureux pour autant.

La frustration est fortement liée au désir.

On pourrait même la définir comme étant une réaction à un désir non assouvi. Et un désir est par nature non assouvi. Un désir assouvi n’est plus un désir.

Le plaisir que nous prenons à assouvir nos désirs tient souvent plus à l’attente, au processus qui nous mène à ce résultat plutôt qu’à la finalité elle-même.

Les étudiants qui apprennent qu’ils ont obtenu leur baccalauréat ne feraient pas preuve d’autant d’éclats de joie s’il ne s’agissait que d’une banale démarche administrative.

S’ils sont heureux, c’est avant tout parce que le précieux sésame récompense des centaines d’heures de travail acharné, des sacrifices et des nuits blanches.

C’est d’ailleurs pour cela que beaucoup de gagnants du Loto sombrent dans la dépression.

Matériellement, ils ne sont plus frustrés, ils n’ont plus le temps de désirer et ils ne peuvent plus laisser de place au rêve.

Être frustré pour mieux savourer

Alors pour vivre heureux, créez vous-même des moments de frustration et apprenez à les convertir en rêves et à changer ces rêves en processus.

Satisfaire tous ses désirs instantanément ne vous rend pas heureux.

C’est l’attente qui renforce le désir et crée le plaisir.

Le plaisir vient dans le processus qui vise à atténuer la frustration.

Vous prenez du plaisir à manger et non pas à être repu.

L’absence de faim n’est pas un plaisir.

C’est le fait de tendre vers cet état en mangeant qui vous procure du plaisir.

Ce principe marche avec tout.

Vous apprécierez bien plus une semaine de vacances si vous avez un emploi que si vous êtes au chômage, un cheeseburger si vous êtes au régime ou un café en terrasse au soleil si vous vivez dans un pays habituellement froid et gris.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.